PROBE : newsletter Hebdo #24

Publié par Enzo Hallot le

Newsletter du 22/11/2022

Comme chaque mardi, vous trouverez ci-dessous des liens vers des articles sélectionnés par CRYPTO-PATRIMOINE et traitant de l’actualité de l’écosystème Blockchain, de Bitcoin et des crypto-actifs. Au programme :

  • Point marché : suite du dossier FTX
  • Exode historique des plateformes d’échanges 
  • Joe Biden appelle à un cadre international de régulation sur les actifs numériques
  • Le Salvador maintient sa politique pro-Bitcoin
  • Nike souhaite lancer une plateforme dédiée à de futurs NFTs sur la blockchain Polygon

Point marché :

Cela fait maintenant deux semaines que le marché des cryptomonnaies subit la chute de FTX. Une action en justice des créanciers semble se profiler. Ils sont pour l’instant plus de 1 millions à avoir été lésés par la gestion désastreuse de la plateforme par son CEO Sam Bankman-Fried (SBF).

En parallèle de cette crise, la plateforme dans la tourmente a subi un hack massif de ses actifs d’un montant de 400 millions de dollars. Il semblerait que le responsable ait réalisé cette opération dans la précipitation et son nom serait vraisemblablement déjà connu des autorités à l’heure actuelle. Les autorités bahamiennes ont quant à elle fait savoir qu’elles avaient mis sous séquestre les actifs financiers restant d’FTX.

Concernant la gestion de la faillite, les liquidateurs ont nommé un nouveau PDG, John Ray III, liquidateur chevronné de plus de 40 ans d’expérience afin d’assurer la gestion de la fin de la plateforme. Ce dernier a rédigé un procès-verbal explosif, mettant en lumière la gestion comptable désastreuse de la structure, une absence de contrôle interne et des failles de sécurités inacceptables. John Ray III souligne pour conclure l’échec complet de la plateforme  qu’il ait eu à gérer la pire affaire dans toute sa carrière.

En effet, de nombreuses révélations sur des actes illégaux de SBF et FTX ont été mis en lumière. FTX aurait prêté plus de 3,1 milliards de dollars à SBF et davantage à Alameda Research. Ces transactions ne figuraient pas sur les comptes de l’entreprise puisqu’ils auraient utilisé des canaux détournés. SBF et d’autres employés de la structure aurait également acquis des biens immobiliers localisés aux Bahamas avec l’argent de FTX, et plus précisément avec l’argent des clients.

D’après John Ray III, il ne resterait aujourd’hui plus que 560 millions de dollars d’actifs dans l’entreprise, ce qui laisse présager que les utilisateurs ne récupéreront pas leurs actifs numériques.

Concernant les acteurs français touchés par la faillite de FTX, on retrouve Coinhouse (PSAN) avec son offre de livrets sur actifs numériques, ainsi que le Trading du Coin. Le premier utilisait Genesis Trading comme dépositaire de leurs cryptomonnaies, et le second FTX. Genesis Trading a de fortes chances d’être eux aussi en faillites puisque 175 millions de dollars de leurs actifs sont actuellement bloqués sur FTX.

La faillite de FTX a permis à la communauté de se questionner encore plus sur la centralisation de ce marché, en particulier sur les plateformes d’échanges de cryptomonnaies. En effet, lorsqu’un utilisateur détient des actifs numériques sur ces plateformes, rien ne lui garantit que celles-ci les détiennent vraiment. Aucune réglementation n’oblige ces plateformes à détenir réellement les actifs présumés de leurs clients, tant qu’elles détiennent d’autres actifs qui ont une valeur supérieure à ceux de leurs clients. Dans le cas de FTX, la très grande majorité de leurs actifs étaient en FTT.

Ceux qui ont pu bénéficier de ce cataclysme sont sans aucun doute les sociétés du secteur des wallets non-custodial, qu’ils soient en ligne (hot wallet) comme Trustwallet, ou bien hors-ligne (cold wallet) comme Ledger et Trezor.

Trustwallet, acquis par Binance il y a quelques années, a été mis en avant de nombreuses fois ces derniers jours par CZ sur son compte Twitter.

Tweet CZ sur Trustwallet

Tweet CZ sur Trustwallet 2

Le cours du token de Trustwallet a pu en bénéficier, il est en hausse de 70% sur les 14 derniers jours.

Graph TWT/USD

Graphique TWT/USD (1mois)

De son côté, Ledger affirme avoir réalisé son plus gros jour de vente depuis sa création en 2014, et Trezor a dévoilé que leurs ventes avaient été multiplié par trois.

L’affaire continue donc d’avancer avec la justice américaine et bahamienne. Il semblerait cependant que la justice britannique souhaite s’impliquer également. Cette dernière souhaite se pencher sur le rôle de Binance dans l’affaire FTX et a, à ce titre lancé une commission d’enquête parlementaire.

Pour finir, le cours du Bitcoin est aujourd’hui vers ses plus bas, en dessous des 16 000$. Bien que l’environnement actuel amène énormément de peurs et d’incertitudes sur ce marché, il se pourrait que rentrer aujourd’hui sur le Bitcoin et quelques autres actifs numériques puisse être un pari gagnant.

Graphique BTC/USD (depuis 2011) en logarithmique.

Graphique BTC/USD (depuis 2011) en logarithmique.

Même si la corrélation entre le BTC et les marchés traditionnels est au plus bas depuis bien longtemps (les indices américains et européens sont en fortes hausses depuis fin septembre), il se pourrait que la prochaine réunion de la FED qui aura lieu mercredi ait quand même un impact sur le marché des cryptomonnaies. Une nouvelle hausse de taux de 75 points de base pourrait emmener le Bitcoin dans de nouveaux points bas puisque de nombreux investisseurs estiment que la FED pourrait augmenter ses taux de seulement 50 points de base au vu de la baisse de l’inflation enregistré en octobre aux Etats-Unis. Réponse mercredi soir.

 

Exode historique des plateformes d’échanges :

Il semblerait que FTX ait érodée la confiance des utilisateurs dans la résilience des plateformes d’échanges. En effet, en une semaine plus de 8 milliards de dollars ont été retirés des plateformes, majoritairement en Bitcoin et Ethereum. Les réserves des plateformes d’échanges sont par conséquent historiquement basses.

Graphique des flux entrants et sortants des plateformes d'échanges

Graphique des flux entrants et sortants des plateformes d’échanges

Par conséquent les preuves de réserves se multiplient chez les plateformes pour rétablir la confiance avec leurs clients. Seule la plateforme Binance aurait vu ses dépôts croitre. Elle possède aujourd’hui les réserves les plus importantes estimées à plus de 65 milliards de dollars, avec plus de 565 000 BTC détenus.

Comme on a pu le voir dans le point marché, cet exode est corrélé avec l’explosion des ventes des hardware wallets comme Ledger ou Trezor.

Plus d’informations ICI !

 

Joe Biden appelle à un cadre international de régulation des actifs numériques :

Suite aux différentes crises qui ont ponctué l’annus horribilis qu’a été 2022 dans l’écosystème crypto, les voix s’élèvent afin d’encadrer et de réguler le marché des actifs numériques. C’est dans cette voie que Joe Biden a signé une déclaration suite au sommet du G20 de Bali. Il appelle donc à une régulation de l’écosystème par une règlementation, une supervision et un contrôle solide afin de diminuer le risque d’instabilité financière. Biden souhaite ainsi mettre en place un cadre international complet afin de réguler les actifs numériques selon le principe « Même activité, même risque, même réglementation ».

Plus d’informations ICI !

 

Le Salvador maintient sa politique pro-Bitcoin :

Le Salvador, premier pays à adopter le Bitcoin comme monnaie légale en 2021 continue sa politique malgré des résultats de Bitcoin mitigés sur l’année 2022. Via twitter, le président Bukele a annoncé que le Salvador allait acheter un Bitcoin par jour afin d’augmenter ses réserves. Aujourd’hui le pays dispose de 2381 BTC et compte bien maintenir cette politique dans cet hiver financier particulièrement instable.

Plus d’informations ICI ! 

 

Nike souhaite lancer une plateforme dédiée à de futurs NFTs sur la blockchain Polygon :

La société Nike vient d’annoncer le lancement de sa plateforme nommée .Swoosh. Cette plateforme aura pour but de permettre de créer (minter) ces prochains NFTs disponibles début 2023 sur la blockchain Polygon. La marque n’en est pas à son premier coup d’essai. Elle avait déjà acquis la société RTFKT spécialisée dans les NFTs, et avait également vendu une première série de NFTs pour un montant de 90 millions de dollars. Cette nouvelle collection se veut plus abordable avec des NFTs à moins de 50 dollars sur Polygon, une blockchain peu couteuse en frais de transaction. Ce positionnement s’inscrit dans une tendance marquée des sociétés de la mode et du luxe de s’immiscer dans le marché des NFTs, comme Rolex dont nous avions parlé la semaine dernière.

Plus d’informations ICI ! 

 

C’est tout pour le moment !


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.